Stratégie pour l'Agriculture Durable de la région Occitanie



Le Conseil Régional a développé une stratégie régionale pour l'Agriculture Durable (validée en Assempblée plénière en Mars 2020)
Lire la stratégie Agriculture Durable
Extrait: "Aujourd’hui, il est proposé d’aller encore plus loin, afin de massifier la transition vers de nouveaux modèles agricoles durables, s’appuyant sur les principes de l’agroécologie"

Une série d'action proposées dans cette stratégie:
1. Des contrats "agriculture durable"
2. Un forum des conseillers/accompagnateurs agricoles
3. Faire de Sud de France une marque de l'agriculture durable
4. Associer les citoyens aux actions
5. Créer des Tiers Lieux dans les lycées agricoles

Le 17 Juillet, le vote en assemblée plénière du plan de transformation et de développement: le Green New Deal

Le 14 décembre 2020, premier comité de suivi en visio (initialement prévu le 23 octobre) réunissant les partenaires de la phase d'expérimentation.

- Une note co-rédigée par les membres d'InPACT et présentée à Vincent Labarthe le 1er juillet 2020

Pour lire la note et ses annexes
Pour lire le CR de la réunion avec Labarthe

- Deux propositions de terrain pour l’expérimentation sur le nouveau parcours d’accompagnement des agriculteurs (11 et 31)

Fin août 2020, les services de la Région ont retenu le territoire de la Haute-vallée de l'Aude pour la phase test des Contrats agriculture durable. InPACT Occitanie sera représenté dans les travaux préalables par Jacques Morisson (N&P11, co-président de la Maison Paysanne de l'Aude et ex-administrateur InPACT) et Thomas Galland (ADEAR 11, coordinateur de la Maison Paysanne de l'Aude).

Le travail de co-construction avec tous les référents de collectifs d’agriculteurs est prévu en 3 réunions :
- 18 septembre pour présenter la démarche,
- 16 octobre pour faire le point sur les exploitations retenues dans chacun des groupes (une dizaine par groupe)
- 27 novembre pour finaliser le cadre et permettre aux accompagnateurs de lancer l’expérimentation sur le terrain pour un premier retour collectif vers mai-juin 2021.

Point d'étape par Thomas, le 23/10/2020:

Je souhaitais vous faire part de l'avancée des réunions sur les contrats d'agriculture durable.
On a fait deux réunions, il en reste une dernière fin Novembre. La première a permis de se rencontrer, d'échanger globalement sur les modalités de mise en œuvre et de commencer à identifier le parcours d'accompagnement et les points importants. Il en est ressorti qu'il était important que l'agriculteur s'inscrive dans une démarche collective à un moment du contrat, qu'il fallait discuter des indicateurs...

Lors de la seconde session du 16 octobre, on a fait des ateliers plus avancés sur trois sujets:
- Le parcours d'accompagnement
- Le sens des mots utilisés
- Les indicateurs

Je me suis glissé sur l'atelier "indicateurs". Ci-joint le document sur lequel on a travaillé. Y sont référencés les différents indicateurs envisagés selon les trois piliers du DD. On a donc pris chacun de ces piliers et on a regardé les méthodes de diag.

Côté environnement, il existe déja différents outils. Philippe Pointereau de Solagro était dans le groupe, et connaissait bien ces différents outils. Discussion sur HVE vs. HVN (utilisé dans les PSE). Deux méthodes qui semblent assez complètes, mais qui se basent sur des éléments chiffrés que des "petits paysans" (compta ou PAC) peuvent ne pas avoir. J'ai lourdement insisté pour que les CAD ne reproduisent pas les inégalités de la PAC au regard des petites exploitations. C'est un des axes que l'expérimentation de la Haute-Vallée de l'Aude pourra tester.
Au final, l'outil Dialecte de Solagro fait l'amalgame entre les deux méthodes (HVE et HVN) et semble assez approprié. L'idée n'étant pas de faire un diagnostic simplement pour collecter des indicateurs mais qu'ils puissent aussi être utiles au paysan.
Il semblerait néanmoins que la partie "Biodiversité" soit peu prise en compte dans Dialecte. On a donc échangé avec Thibaut, animateur du CEN qui était présent à la réunion et frustré de voir la biodiversité sous évaluée. On s'est dit avec les salariés de la région que l'on pouvait creuser sur ces indicateurs avec le CEN. J'ai recontacté Thibaut, j'attends son retour.

On n’a pas été très loin sur les indicateurs économiques et sociaux. Il y avait juste un consensus sur le fait que ces indicateurs pourraient difficilement être pris en compte pour évaluer l'implication de l'agriculteur dans l'évolution de son système d'exploitation, étant donné qu’ils peuvent en grande partie dépendre d'un contexte géographique, social, personnel sur lequel l'agriculteur ne peut agir. Catherine Le Rohellec, l'animatrice de la région qui était sur cet atelier était partie, pour le volet éco, d'indicateurs partagés dans différents diagnostics (p.12) et sur le volet socio. de la méthode idea (p.13).
On a relevé le fait que la transmissibilité était importante à évaluer selon ses différents aspects, non seulement pour obtenir des valeurs mais aussi et surtout pour sensibiliser les paysans à cet enjeu.

Bref, on n’a pas été très loin, mais le réseau InPACT Occitanie peut proposer des indicateurs à utiliser sur ces deux piliers, éco. et social.
La petite difficulté est qu'il faut le faire avant le 2 novembre. Durant la réunion sur les indicateurs, l'outil de diag. des CIVAM, a été présenté par Catherine Le Rohellec, et appuyé par un animateur de chambre. J'avais par ailleurs apporté le diag. d'agri paysanne et les autres participants semblaient intéressés par nos indicateurs.